Interviews
Accueil > Interviews > Hip-hop/Rap > Black Eyed Peas

Black Eyed Peas : "Nous ne nous séparons pas !"

De passage à Paris pour la promotion de leur album "The E.N.D.", Fergie, Taboo et apl.de.ap. des Black Eyed Peas évoquent leurs nouvelles influences musicales, ainsi que leur collaboration avec le DJ français David Guetta.

Sonia Ouadhi le 13/07/2009 pour MusicActu

Partager
Pouvez-vous expliquer le concept de ce nouvel opus "The E.N.D." ("The Energy Never Dies") ?
Taboo : Quand ils ont entendu pour la première fois "The E.N.D.", beaucoup de gens se sont dit : "wow, est-ce la fin ?". En fait, c'est la fin de beaucoup de choses. Premièrement, c'est la fin des rumeurs et des idées fausses sur le fait que les Black Eyed Peas sont en train de se séparer ou se sont séparés, car nous avons fait des projets individuels. C'est également la fin d'une nouvelle ère pour la musique. Jusqu'ici aux Etats-Unis, nous avions Sam Goody, Tower Records, Virgin Megastore : nous n'avons plus cela, car nous avons Internet. C'est la fin de cette ère.

Fergie : Ces dernières années, Will.i.am et apl ont fait du 'djing' dans les clubs de différents pays et nous avons tout simplement été inspirés par cette scène, toute sa culture et tout ce qui s'y rapporte, durant la conception de cet album. C'est pourquoi tu en entends beaucoup sur cet album. C'est l'album le plus concentré sur un certain type de musique, sur la dance et la musique électronique. Nous avons aussi voulu incorporer dans cet opus des acteurs de ce mouvement comme David Guetta.

Justement, comment avez-vous rencontré David Guetta ?
apl.de.ap : Nous avons rencontré David Guetta à Ibiza, ou plutôt Will.i.am l'a rencontré. Il jouait, a vu Will, lui a donné un micro et lui a dit : "Freestyle ! Freestyle sur mon son !". Nous sommes des grands fans de l'une de ses chansons, "Love Is Gone", et nous nous demandions toujours : "Qui a fait cette chanson ?". Et les gens répondaient : "David Guetta, David Guetta !" Nous avons donc voulu le rencontrer, nous avions des amis en commun qui nous ont présentés à David Guetta. Nous l'avons appelé et nous lui avons dit : "Yo, nous aimons ta musique et nous nous demandions si tu voudrais collaborer, peut-être que tu pourrais nous envoyer des sons".

Comment était-ce de travailler à nouveau ensemble ?
T : Parallèlement à nos projets individuels, nous nous sommes beaucoup entraidés et nous avons tourné jusqu'en 2007. Nous étions donc là les uns avec les autres, main dans la main, en train de nous soutenir. Ensuite, nous avons eu l'opportunité de revenir pour enregistrer. C'était comme une usine à musique. Par exemple, nous travaillions sur une chanson et nous sautions au studio suivant pour travailler sur une autre. Nous n'avons jamais travaillé sur une seule chanson, mais sur beaucoup de chansons différentes. Nous avons eu l'opportunité de travailler au studio Metropolis, à Londres, où nous avons déjà enregistré "Monkey Business".

F : Nous allions dans des clubs, puis nous retournions en studio ! Le fait d'être revenu ensemble en studio était super. Ils me manquaient vraiment. Nous voulions passer de bons moments, rire, aller en boîte et danser ! Cet état d'esprit festif apparaît beaucoup dans cet album car c'est ce que nous ressentions. A présent, nous le vivons simplement : nous faisons des tournées, nous allons dans les clubs de chaque pays. Will et apl jouent les DJ, nous prenons le micro et nous dansons. Nous vivons actuellement les fantasmes véhiculés sur cet album !

N'avez-vous pas peur que vos fans ne vous suivent pas en raison de ce changement de style ?
F : Nous n'avons jamais eu peur de dépasser nos limites car c'est simplement notre nature. Cet album est simplement composé de nos inspirations. En tant qu'artiste, tu dois faire la musique qui t'inspire, car tu seras celui qui la jouera pour les deux prochaines années à venir et tu seras celui qui l'interprétera sur scène. Donc lorsque tu fais un album pour une maison de disques ou pour faire plaisir au public, ou que tu essaies de reproduire quelque chose qui a déjà été réalisé, tu fais quelque chose qui sera figé dans le temps. Cet album est honnêtement ce que nous sommes aujourd'hui. Nous faisons donc la musique que nous aimons et que nous ressentons.

Cet album est une référence aux nouvelles technologies. Etes-vous de véritables "geek" ?
F : Will est le plus "geek" d'entre nous ! Il est le plus intelligent. S'il était là, il t'en parlerait pendant une heure ! Pour ma part, j'apprends doucement mais sûrement à utiliser les dernières technologies car je ne suis pas de la génération qui a grandi avec Internet, aucun d'entre nous d'ailleurs n'est de cette génération.

A : Nous utilisons Pro Tools (NDLR : un logiciel informatique utilisé pour la musique), nous touchons donc un peu aux ordinateurs et tu peux nous qualifier de "geeks". Nous aimons aussi 'blogger' et rester en contact avec nos fans notamment sur notre site blackeyedpeas.com. Nous postons souvent des messages dans des blogs pour parler de nos nouveaux morceaux et de ce qui ce passe pour nous.

Tout à l'heure vous parliez d'inspiration. Quels artistes vous ont inspirés ?
F : Durant l'enregistrement, je passais en revue tous les artistes qui m'ont inspirée. J'ai puisé mes influences d'artistes comme Teena Marie. Sur le morceau "Meet Me Halfway", je fais également un peu référence à Madonna durant la période de son titre "Borderline". Cela m'a ramenée à l'époque de mes 11 ans lorsque je portais des lacets fluo et que j'allais la voir à l'Universal Amphitheater avec ma mère et ma meilleure amie. Mes influences proviennent aussi de cultures différentes. Par exemple, le titre "Electric City" a un feeling électro, mais il est également influencé par le reggae dub. Chacun de nos morceaux a un caractère différent. Tu puises dans tes influences et tes expériences et tu leur rends hommage, mais tes chansons sont une évolution de tout ceci.

A : De mon côté en enregistrant l'album, j'écoutais beaucoup MGMT, Boys Noize, David Guetta, Fedde le Grand, ou encore Empire Of The Sun .Mais cela a été un challenge pour nous d'écrire des textes sur de l'électro car généralement il n'y a pas de parole sur ce genre de musique.

Pouvez-vous me parler du clip de "Boom Boom Pow" ?
T : Il a été réalisé par Motion Theory, qui a également conçu la pochette de l'album. On aime ce clip car il évoque l'au-delà digital pour les Black Eyed Peas. C'est la première fois que nous proposons ce type d'images, assez futuristes et post-apocalyptiques.

F : Dans notre esprit, "Boom Boom Pow" devait être un disque de club, nous n'avons jamais prévu de le rendre aussi fidèle au genre. Il y a un genre de microcosme sur cet album par le fait de regarder à travers l'esprit d'un DJ. Je dis cela car toutes les fois où nous sommes allés dans les clubs, un DJ faisait tourner le couplet et le refrain d'une chanson, puis changeait de morceau. Nous voulions garder le fait que "Boom Boom Pow" change et c'est pourquoi il change drastiquement au milieu de la chanson. Il y a des paroles comme "Let the beat rock", qui arrivent en plein milieu, ce qu'habituellement un DJ extrait d'un autre morceau pour le mettre dans la chanson originale. Cela introduit donc en quelque sorte l'état d'esprit dans lequel nous étions pour cet album.

Quels sont vos projets pour la suite ? Envisagez-vous une tournée mondiale ?
F : Nous sommes très enthousiastes pour nos concerts. Actuellement, nous planifions une tournée qui débutera au mois de septembre. Cette tournée est très importante pour nous. Cela sera la plus grande production que nous n'ayons jamais faite en tant que Black Eyed Peas et nous allons énormément y travailler. Par ailleurs tout l'été, nous participerons à des festivals en Europe avant de lancer notre tournée au Japon, "The E.N.D.". Ce sera le début de la fin (rires) !

Commenter

Partager

Bookmark and Share

Meilleurs prix

NEWSLETTER

Publicité

Publicité
Publicité

BIOGRAPHIES

TOP SONNERIES

PHOTOS DE SOIRÉE

Retrouve
MusicActu sur

Copyright © 2000-2014 MédiasActu · Publicité
En savoir plus sur MusicActu et contacter la rédaction, cliquez-ici

 
Edité par MédiasActu SARL - RCS Paris B 432 148 732
Adresse : 10 Rue Nicolas Appert - 75011 Paris
Directeur de la publication et de la rédaction : Fabien Lacoste
Tel : 01 40 21 58 68 - E-Mail : direction@mediasactu.com

Hébergement : Les Argonautes
224 Rue du Fbg St-Antoine - 75012 Paris - 01 55 25 50 70